Ah vous dirai-je maman…


Un petit souffle féministe, ou plutôt une juste réparation?
Hélène Renard et Isabelle Garnier ont voulu réhabiliter les mères, injustement boudées par les biographes. 80 portraits, aussi drôles qu'instructifs, vont y remédier… Au diable l'avarice!

Fruit d'une riche documentation ou simple image d'Epinal, elles sont toutes au rendez-vous : les ambitieuses, les castratrices, les " adorantes ", les gourgandines… Et, au milieu, se dressent des tableaux pittoresques; Eve avant la péridurale, sortie de la côtelette d'Adam anesthésié, Sainte-Marie discourant avec l'ange " radieux asexué " comme avec un vieux voisin, ou maman Darc blasée des délires de sa pauvre Jeanne…

Alors, bien sûr, il ne s'agit là que d'esquisses, bien sûr, le ton est un peu léger et on regrettera peut-être le survol de quelques personnages d'envergure. Mais, le sourire aux lèvres, on consulte un fond sérieux, sans jugement de valeur, sans analyse psychanalytico-oedipienne. Parce que, excusez-nous du peu, elles ont contribué à faire de nos grands personnages ce qu'ils sont. Mme Bazin était un monstre de haine? Soit. Mais, sans cela le fils aurait-il eu besoin d'exorciser par écrit ? Mme Callas, intéressée ? Oui. Mais sinon, elle nous aurait privée d'une grande voix...

De toutes façons, la chose est sûre, sans maman, nul enfant.

Le livre des mères, H. Renart/I.Garnier, Presses de la Renaissance.